Comm-unique.net Valerie Lebourgeois

Comm-unique.net

vous accompagne vert demain !

 

Il était un jardin qu'on appelait la France

le samedi, 21 novembre 2015.

Il y avait un jardin qui s’appelait la France. Il était riche de biodiversité. Des fleurs de liberté, égalité, fraternité s’y épanouissaient pour le bonheur de chacun et le bien commun. Ceci était possible grâce à la bienveillance de jardiniers qui de générations en générations, avaient nourri cette terre avec humanité, planté et soigné avec passion et persévérance.

Et puis, les jardiniers sont devenus moins nombreux. Leurs enfants aimaient se promener et profiter du jardin. Problème de transmission, facilité ? en grandissant, ils ont oublié qu’un jardin doit être cultivé. Ils avaient d’autres occupations prioritaires …

Quand certains lopins commençaient à partir en friche, beaucoup préféraient hisser des barricades pour cacher ce qu’ils appelaient de mauvaises herbes. Comment s’étonner que dans ces terres abandonnées, poussent parfois des espèces invasives qui s’enracinent profondément ? Comment être surpris que des graines toxiques puissent dans ces sols arides trouver un espace vide à conquérir.

Heureusement, des hommes et des femmes de bonne volonté continuent à jardiner. De nouveaux venus se prennent de passion et savourent la joie simple de faire ensemble.
Il faut de la motivation car parfois « on » leur coupe l’eau, leur retire leurs outils ou « on » leur invente une nouvelle réglementation.
Mais ils - elles sont joyeux, passionnés, inébranlables ! Ils ont la patience du jardinier, chaque petit signe de vie est un signe d’espoir. Parmi leurs principes de base, nous reconnaissons :
- la permaculture : ne jamais laisser le sol nu, favoriser la biodiversité
- l’agroforesterie : le grand protège le petit
- l’agro-écologie : chacun a sa place, écoutons la nature et faisons avec elle, plutôt que contre elle.

En ces périodes difficiles, soyons tous de joyeux jardiniers ! cultivons ensemble notre jardin avec respect et bienveillance !

Et pour les nostalgiques de Georges : une p'tite chanson . il y avait un jardin qu'on appelait la terre